Articles

L'itinérance à Saguenay

Extraits du mémoire déposé à la Commission parlementaire sur l'itinérance en octobre 2008, Table itinérance de Saguenay :

"Le visage de l'itinérance dans notre région ne s'exprime certes pas comme dans les grandes villes. Ici, à première vue, il est imperceptible. On pourrait même croire que ce problème n'existe pas, car rares sont ceux qui quémandent dans les centres-villes ou dorment sur des bancs de parc. C'est parce que des ressources communautaires comme les "soupes populaires", les comptoirs vestimentaires ou les centres d'hébergement, environ cinquante lits, les accueillent et leur permettent de retrouver un peu de dignité.

En réalité, le phénomène ne diffère en rien de celui des grands centres. Ce sont des hommes, des femmes et des jeunes dont l'histoire de vie a fragilisé les possibilités de combler leurs besoins de base, besoin que tout individu a droit de combler dans une société dite riche. Il fut un temps où ceux que l'on nommait "quêteux", "vagabonds", ou "fous du village" étaient laissés pour compte. L'accueil et la solidarité de tous et chacun créaient alors un filet de sécurité naturel. Avec la désintégration du tissu social, ces gens vivent maintenant des situations de précarité qui les mènent trop souvent vers l'itinérance. L'individualisme qui caractérise notre société fait des victimes ici comme ailleurs."

"Ce qui caractérise ces personnes est la présence d'un cumul de problèmes liés à des facteurs sociaux juxtaposés à des problèmes individuels. Leur parcours de vie est marqué par des ruptures, des échecs ou des situations de crise.

En plus, ces personnes ont souvent des antécédents judiciaires. Leur employabilité est limitée en raison d'un faible niveau de scolarité (17,5% ont un niveau d'études inférieur au secondaire 3). Leur réseau social est presque inexistant. S'ajoutent à ces situations des problèmes de santé physique (...), de santé mentale, de dépendances. L'incapacité à avoir un logement modique et de bonne qualité (le taux des ménages dont 30% de leur revenu est consacré à l'habitation est de 37,2%) aggrave la situation ".

Consulter l'intégralité du mémoire

Membres du RSIQ