Articles

Enquête du RSIQ sur les impacts de la Stratégie des Partenariats dans la Lutte contre l'itinérance (SPLI)

Afin de démontrer l’intérêt et l’importance de la SPLI, le RSIQ a repris en novembre 2012 une initiative du RAPSIM d'une enquête sur les impacts de la SPLI au sein de ses membres. Les données collectées permettent d’affiner notre connaissance du programme et ont déjà été envoyées aux chefs de partis de l’opposition au niveau fédéral en vue des recommandations à transmettre au Ministre Flaherty pour le prochain budget. Cette enquête a également fait l’objet d’un envoi aux Ministres Finley et Flaherty.

La SPLI est un programme essentiel permettant de financer une grande diversité d’actions : construction ou amélioration de refuges, de ressources d’hébergement, de centres de jour, de logements sociaux, recrutement de personnel intervenant auprès des personnes itinérantes, mais aussi activités de sensibilisation et de concertation entre organismes.

 

A cette date:

-        127 organismes bénéficiant de la SPLI dans 16 régions différentes du Québec ont répondu à l’enquête

-        nous comptabilisons plus de 80 000 personnes en situation d’itinérance ou à risque de l’être qui bénéficient de la SPLI

Téléchargez la synthèse de l'enquête

Exemples de projets financés par la SPLI 

En achat et rénovation de refuges, centres de jour, logements sociaux, aménagement de lieux sécuritaires et adaptés aux personnes, ajout de nouveaux services

Quelques exemples :
-          Sac à Dos, Montréal : ameublement des 15 studios destinés aux personnes en situation d’itinérance et du bureau d’intervention

-          Carrefour Saint Barnabé, Montréal : rénovation d’une maison de chambres pour femmes, installation de 4 unités de nuit pour itinérants
-          Dopamine, Montréal : achat d’un bâtiment pour relocalisation de l’organisme et intégration de nouveaux services (douches, buanderie, cuisinette…)
-          Maison du Père, Montréal : augmentation de la capacité d’accueil du refuge, développement de 30 nouvelles places de transition
-          Chambreclerc, Montréal : construction de 32 studios
-          Foyer des jeunes travailleurs et travailleuses de Montréal : rénovation de 20 chambres
-          Rue des Femmes, Montréal : achat et rénovation d’un édifice
-          Cafétéria communautaire Multicaf, Montréal: achat d’un camion réfrigéré
-          Accueil Poirier, Sherbrooke : acquisition et rénovation d’un bâtiment accueillant hommes et femmes en situation d’itinérance (seul refuge à Sherbrooke)
-          Séjour Marie Fitzbach, Chicoutimi : financement des travaux d’entretien et de rénovation de la maison
-          Centre Accalmie, Pointe-A-la-Croix : maintien d’installations sécuritaires pour les personnes
-          Relais communautaire de Laval : permet l’aménagement de lieux sécuritaires pour l’accueil des personnes et le travail des intervenants, respectant les normes (accessibilité personnes à mobilité réduite, risques incendies, règles pour service alimentaire…), et de nouvelles installations du type salles de bain. 

En financement d’activités et accompagnements multiples auprès des personnes en situation d’itinérance ou à risque : travail de rue, suivi post-hébergement, soutien communautaire en logement social, dépannage alimentaire, actions de réinsertion sociale et professionnelle, activités culturelles et artistiques, information et défense des droits,…

Quelques exemples :
-          Relais communautaire de Laval, qui assure des services de dépannage alimentaire et vestimentaire, et programmes de réinsertion sociale auprès de 3500 personnes par an : maintien en fonction des postes de coordonnatrice, cuisinière, garde-manger, coordonnateur de la friperie, responsable des bénévoles, préposé à l’accueil, intervenant et responsable du développement

-          Point de Rue, à Trois Rivières, qui accompagne 3000 personnes par an : assure les salaires des 4 intervenants psychosociaux
-          Écluse des Laurentides, organisme de référencement, écoute et support auprès de 1000 personnes via le travail de rue : permet le maintien des 5 postes de travailleurs de rue
-          CIPTO, Gatineau : la SPLI finance le poste d’intervenante socio-artistique au point de services le LAB, lieu d’expression et de création artistique pour jeunes adultes. Sans la SPLI, diminution de plus de moitié les heures d’ouverture et risque de fermeture élevé.
-          Café-rencontre du centre-ville, Québec : trois intervenants embauchés grâce à la SPLI qui interviennent auprès des clients de cette soupe populaire
-          Hôtellerie pour hommes et Maison Charlotte Armée du Salut, Québec : sans la SPLI, impossible de garder les intervenants actuels en poste et devrons se reconvertir en chambres et pension.
-          Café de rue Terrebonne : lieu de rencontre et d’écoute pour les jeunes de 17 à 30 ans à risque de décrochage social. La SPLI est la principale source de financement, impact essentiel donc sur pérennité de l’organisme et des services offerts.
-          Repas du passant, Longueuil, organisme en sécurité alimentaire intervenant auprès de plus de 12 000 personnes par an : financement de 2 postes permettant notamment un service d’intervention psycho-sociale
-          Maison du Soleil Levant, Rouyn Noranda : organisme offrant un hébergement sécuritaire aux personnes itinérantes de 18 ans et plus. Financement de la SPLI permet de garder le seul poste d’intervenant.