Déclaration Le droit de cité - Une campagne sans précédent !
 
MAI à DÉCEMBRE 2005 - Le RSIQ a mené une campagne de signatures autour de la déclaration Le droit de cité, lancé lors des premiers États généraux sur l'itinérance.C'est finalement plus de 7500 personnes et de 320 groupes qui ont signé la déclaration Le droit de cité entre mai et novembre 2005.

La déclaration, qui a été lancée lors des tous premiers États généraux sur l'itinérance au Québec tenus les 9 et 10 mai, visait à rappeler les droits bafoués des personnes en situation ou à risque d'itinérance et la nécessité de leur revalorisation.

Les membres du RSIQ se sont rassemblés le 13 décembre 2005 à Montréal et à Saguenay pour dévoiler les résultats de la campagne. À Montréal, l'activité s'est tenue au parc Émilie-Gamelin (voir photo) à laquelle ont pris part de nombreux signataires de plusieurs régions du Québec.
13 decembre 2005
Le Droit de cité, une déclaration solidaire des sans-abri
La campagne lancée par le RSIQ vise à créer un mouvement de solidarité envers les sans-abri. « Le Droit de cité » vient rappeler que la pauvreté et l'exclusion sociale sont le lot quotidien de milliers d'individus. Cette déclaration dénonce aussi le fait que leurs droits les plus élémentaires soient bafoués : pas de toit, pas de revenu décent, une forte discrimination dans plusieurs services, et jusqu'à la négation de leur place comme citoyen.

Tout en affirmant que « l'itinérance n'est pas une fatalité », « Le Droit de cité » en appelle à une action collective et nomme la responsabilité de l'ensemble des paliers de gouvernement dans la lutte à l'exclusion.

Les nombreux groupes sociaux signataires, dont plusieurs regroupements nationaux, affirment aussi leur soutien aux travaux actuels du RSIQ sur un projet québécois de Politique en itinérance qui vise à interpeller et mettre en action tous les acteurs gouvernementaux sur la question de l'itinérance. Une Politique en itinérance doit adresser des problèmes concrets comme l'indécence du niveau actuel des prestations d'aide sociale ou le manque de soutien accordé aux jeunes sortant de centres jeunesse. Cette Politique-ci doit aussi faire l'objet de mesures progressistes en santé et services sociaux, en matière de justice, de logement social, d'éducation, etc.
  
sans-titre

Parmi les signataires, on compte plusieurs personnalités des milieux culturel, syndical et autres : Réjean Thomas, François Saillant, Amir Khadir, Armand Vaillancourt, Françoise David, Yves Simoneau, Dan Bigras, Gérald Larose et les Zapartistes : Christian Vanasse et François Patenaude. Plusieurs élus endossent aussi ce texte tels Louise Harel, Pierre Maheux, conseiller municipal à Québec, Martin Lemay, maire sortant de l'arrondissement Ville-Marie et Claude Gladu.