À Ottawa pour l'augmentation de la SPLI
 
FÉVRIER 2012 - C'est plus de 150 personnes d'organismes en itinérance des quatre coins du Québec qui se sont déplacées devant les bureaux du Premier ministre Stephen Harper pour demander l'augmentation de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI) dès le prochain budget. Les représentants des organismes étaient également réunis pour s'assurer que le financement fédéral se poursuivra au-delà de 2014, moment auquel se termine le programme.

Lors du point de presse qui se déroulait devant l'édifice Langevin, le bureau du premier ministre en face du parlement, les demandes du RSIQ ont été appuyées par tous les partis de l'opposition aux Communes. Ainsi, Mme Nycole Turmel, chef intérimaire du Nouveau parti démocratique (NPD), M. Marc Garneau, leader à la chambre pour le Parti libéral du Canada et Jean-François Fortin, député du Bloc Québécois ont tous pris la parole pour montrer leur appui au RSIQ.

SPLI 14 FEV         IMG 6732

Depuis 2001, le budget dédié à la SPLI n'a jamais été augmenté ni même indexé. Alors que le gouvernement fédéral dépense 18 M$, les organismes communautaires identifient à plus de 50 M$ les besoins financiers. Tout d'abord, depuis quelques années, les organismes observent un accroissement du phénomène et une complexification des problématiques, nécessitant davantage de ressources. Ensuite, le montant requiert un ajustement à cause de la hausse du coût de la vie, laquelle touche l'immobilier et les salaires, diminuant ainsi la capacité d'intervention des organismes. La situation est extrêmement problématique alors que les organismes ont moins d'argent pour faire face à des problèmes grandissants.

Les organismes communautaires en itinérance sont fortement préoccupés par la fin du programme prévu en 2014. D'ailleurs, la ministre responsable du programme, Mme Diane Finley, a refusé un bon nombre de demandes de rencontres du RSIQ visant à discuter de l'avenir de la SPLI. Pourtant, il est fondamental qu'un programme fédéral continue d'exister après 2014 permettant comme c'est le cas actuellement aux régions de participer à la planification des dépenses et à la sélection des projets.